vendredi 17 février 2017

Les 3 pourquois du changement


Quand on met en place un projet, qu’on réalise un rêve, les questions que l’on se pose d’abord tournent autour du mot « Comment », « Quoi », « Quand » : Comment on va mettre en place la nouveauté? Qu’est-ce qu’on va changer et quand? Ce sont souvent ces mots qui nous servent de moteur pour avancer

Sauf que trop souvent, on oublie une question fondamentale : Pourquoi? Résultat : on part trop vite et soit on perd notre énergie avant d’arriver au but, soit on bloque dès le départ et on arrive plus à avancer.

Si le comment, le quand et le quoi appartiennent à la tête et au corps, le comment vient toucher notre cœur et notre essence. Pour réaliser une transformation réelle, il faut prendre le temps de répondre à la question: Pourquoi ?

Mais que signifie réellement cette question? Pour vraiment partir du bon pied, il faut d’abord comprendre qu’il y a en fait 3 sortes de questionnement, qui utilisent le même mot, mais aussi qu’il faut se les poser dans le bon ordre.

Le premier Pourquoi: Celui qui signifie en fait “à cause de quoi”, le pourquoi de la tête,


C’est la raison derrière le premier mouvement, c’est celui par lequel on ouvre une porte pour quitter le lieu où on se trouve. Bien comprendre ce pourquoi, nous aidera à avancer par la suite. Pour ce faire il faut comprendre la situation actuelle, et les raisons pour lesquelles elle ne peut plus exister. Oser regarder en face, le lieu où on est avec ce qu’il a de beau et de laid. Sans ce regard sur notre situation actuelle, il sera difficile plus tard de définir la nouvelle solution. Ce temps d’arrêt sert aussi à honorer ce qu’il y avait de beau, dans ce que nous quittons. C’est l’occasion célébrer ce qui a été, peu importe de quoi était remplie cette étape de notre histoire, elle a été nécessaire et nous avons retiré quelque chose, peut-être même quelque chose que nous apporterons dans la prochaine étape, mais dans une version modifiée.

Le deuxième pourquoi : Le pourquoi du coeur

C’est celui que j’appelle le pourquoi fondamental, celui qui touche à notre essence, à ce que nous sommes fondamentalement, à la place que l’on se voit jouer dans l’Histoire, au rôle que l’on veut jouer pour l’Humanité. C’est celle à laquelle Simon Sinek fait référence dans “start with why”(lien).

La réponse à cette question provient donc moins de la tête mais plutôt du cœur, ou du ventre. Elle est parfois difficile à définir en mots, mais quand on y touche, on sait qu’on est au bon endroit. Dans une entreprise, c’est la mission ou la vision ou le rêve des leaders, chez une personne c’est lié à ce qu’elle est fondamentalement à sa boussole intérieure. Pour arriver à ce pourquoi, il faut oser se regarder dans le miroir avec authenticité et accepter ce que l’on voit dans sa totalité

Dans une entreprise, la capacité de répondre à cette question, dépend du courage des leaders à oser revenir au rêve de départ à la vision. Un changement qui ne répond pas à cette question, ne sera qu’un changement, jamais une transformation. C’est le plus difficile. Pour y avoir accès, il faut prendre le temps de poser des gestes qui nous obligent à sortir de notre cadre et le regarder autrement, à se déstabiliser, à être vulnérables, prendre le risque de penser autrement. Poser des gestes dont on n’est pas certain de l’issue mais qui nous ramène vers nous-même. C’est souvent lorsqu’on ne le cherche pas qu’il nous apparaît : lors d’un moment de réflexion en vacances, lorsqu’on l’on voit de la beauté, lorsqu’on fait des activités qui nous ramène à l’essence de l’entreprise.

Le troisième Pourquoi : Celui qui s’écrit aussi en 2 mots « pour quoi?”  et qui définit l'action

C’est celui qui répond à la question vers quoi nous voulons aller? C’est celui qui nous amène à définir la nouvelle solution, à la décrire en commençant par se demander, comment j’ai envie de me sentir dans le futur. De l’émotion, du besoin, naitront des actions concrètes, qu’il faudra mettre en place dans un plan d’action, qui en soit, deviendra notre projet. Ce pourquoi est essentiel et important, mais on y va souvent trop vite. L’inconnu du départ, nous force parfois, à chercher une solution rapide, avant même de comprendre ce qui nous motive.

Cette étape devrait souvent être la dernière. Elle devient vraiment puissante quand ce vers quoi nous allons est plein des leçons de notre passé, aligné sur qui nous sommes.